home
   

 

 


LE GUATEMALA

 

 








Le quetzal, avec son plumage au vert si profond qu’on le croirait peint à la main, est l’emblème du Guatemala et le symbole de la liberté. Une liberté aussi précieuse que cet oiseau mythique, dans un pays où la grandeur des paysages et l'hospitalité de ses gens font oublier les souffrances d’hier.





Le pays est formé de trois zones géographiques très distinctes : la plaine côtière couverte de forêts, de cultures et de marécages ; la montagne qui s'élève brutalement pour atteindre 4 000 mètres où sont concentrés les villes les plus importantes, telle que Antigua, le bijou colonial du Guatemala ; ensuite après une série de chaînes montagneuses le relief s'abaisse jusqu'à la forêt du Petén qui ressemble fort au Yucatán mexicain.




Le pays est traversé par la Sierra Madre, cordillère qui se prolonge par les Andes. Certains de ses sommets dans les monts Cuchumatanes s'élèvent jusqu'à 3 500 mètres et on dénombre pas moins de 26 volcans, parmi lesquels le De Agua, toujours en activité, le De Fuego, l’Atitlán et enfin le Tajamulco ( 4 220 mètres), considéré comme un lieu sacré par les indigènes.

Sierra Madre



Plusieurs fleuves arrosent le pays, le plus important est l'Usumacinta (600 kilomètres), ses rives furent un des foyers de la civilisation maya. Les lacs sont très nombreux : au coeur du Petén, dans une forêt luxuriante et touffue se trouve le lac Petén Itza dans un site grandiose, à proximité des fameuses ruines mayas. Mais le lac le plus connu du pays est le magnifique lac Atitlán, situé à 1 500 mètres d'altitude et entouré de trois volcans


Partagé entre deux océans, les Guatemaltèques ont la chance de pouvoir choisir entre deux mers complètement différentes. La côte des Caraïbes, ancien refuge de pirates, est actuellement habitée par les Garifunas, descendants des esclaves africains arrivés durant la colonie.
La ville de Livingston vie au rythme de la musique, protégée par la forêt luxuriante qui descend jusqu'au bord de la mer. La côte Pacifique a été par contre cultivée de manière intensive, mais des longues plages au sable noir et des forêts côtières feront le délice des voyageurs.

El Castillo - Rio Dulce

Tikal





Le sourire et la gentillesse des habitants réchauffent les cœurs les plus secs et l’épaisseur de la jungle garde les secrets des temples et des villes mayas inexplorées.
Au Guatemala le tourisme n’a pas encore pertubé la beauté des sites…un pays tout simplement fascinant.